Le robot Co-Pilote d’avion ALIAS

robot alias co pilote blog ingenieurLe robot Co-Pilote d’avion ALIAS vole et atterrit en simulation Boeing 737

Le travail de Aurora Flight Sciences sur le programme de l’Agence de projets (ALIAS) de l’Agence des projets de recherche avancée de la défense (DARPA) a démontré ses capacités de vol automatisées avec divers scénarios de vol réussis dans un simulateur de Boeing 737. Ces réalisations s’appuient sur l’installation réussie d’Aurora et l’essai des éléments ALIAS sur un Diamond DA42, Cessna 208 Caravan, UH-1 Iroquois et DHC-2 Beaver.

Le système de démonstration de la technologie ALIAS d’Aurora est conçu pour fonctionner comme deuxième pilote dans un équipage à deux. ce qui permet de réduire les effectifs de l’équipage tout en garantissant la performance de l’avion et le succès de la mission
La vision publiée par DARPA pour ALIAS est «un kit personnalisable, amovible et amovible qui favoriserait l’ajout de niveaux élevés d’automatisation dans les avions existants, permettant de travailler avec un équipage réduit à bord « .

Essais 

Lors d’une première phase de tests, le robot a pu être testé sur un simulateur de vol. Il a ensuite été placé au sein d’une cabine de pilotage d’un avion bimoteur à piston Diamond DA42. Pour son troisième essai, il a pu démontrer ses capacités dans un turbopropulseur Caravan. L’objectif de la société est de démontrer que leur robot est capable de s’adapter à n’importe quel appareil de vol. Pour cela, la prochaine expérimentation est prévue dans un hélicoptère. ALIAS présentera donc sa maniabilité et sa capacité à s’installer et se retirer facilement, au prix d’un logiciel spécifique. Selon la société Aurora, l’engin pourrait être configuré en moins d’un mois pour apprendre à piloter un nouvel appareil. Cependant, il doit être rappelé que la technologie d’ALIAS reste expérimentale. Elle ne permet pas encore au robot de remplacer un pilote, bien humain, en place gauche. L’entreprise qui le développe le présente d’ailleurs comme un moyen de réduire l’équipage. La réglementation aérienne devrait par ailleurs être modifiée pour laisser une plus grande place à ces nouvelles technologies.

À terme, l’agence de financement des États-Unis dépendant de l’armée, la Drapa, veut en équiper les avions militaires et civils. Le pilotage à deux, imposé dans les normes, serait donc composé d’un robot et d’un humain. Grâce à ces nouvelles technologies , la Drapa veut diminuer les coûts humains et les erreurs possibles lors d’interventions militaires. Par ailleurs, cela permettra une réduction de frais grâce aux économies de salaires et de formations. ALIAS n’est pas le seul projet du genre. En effet, une équipe de scientifiques coréens travaillent eux aussi sur un robot capable de piloter un avion. Baptisé Pibot, celui-ci est encore en première phase de test. Si les résultats sont concluants, il y a des chances pour que ce soit les avions transportant les touristes qui en soient équipés par la suite. Cela pourrait être intéressant pour les compagnies low-cost voulant sans cesse faire des économies…

Nous remercions Expert comptable Toulon.com pour l article  » robot Co-Pilote d’avion ALIAS »   http://bit.ly/2qNEwfI expert

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.